Bilan après un mois d'existence et une première bataille

18 août 2017

Il y a juste un mois, nous avons créé La Démocratie en Marche afin d’alerter les adhérents du mouvement sur le manque de concertation et de transparence dans la mise en place de nouveaux statuts au demeurant fort peu démocratiques et non conforme aux valeurs d’En Marche pour lesquelles nous avons milité. Ces statuts ont été finalement validés après 4 semaines de scrutin organisé durant la trêve estivale. Les résultats ont été rendus publics hier par la direction de LREM.

6 600 adhérents désapprouvent les statuts

Alors que nous n’avions pas accès à la base des électeurs et aux moyens du QG, et que nous sommes entrés en campagne quelques jours seulement avant le début du scrutin, ce ratio de 9010 est tout à fait honorable ! Avec plus de 6 600 voix, nous montrons que nous ne sommes pas un groupuscule de quelques « aigris » comme l’ont laissé entendre sans bienveillance certains ténors de LREM mais que nous représentons une force significative vers plus de démocratie, plus d’intelligence collective, plus d’innovation. 10 % c’est d’autant plus significatif qu’en règle générale les statuts s’adoptent dans le consensus et à une majorité requérant un quorum à minimum représentatif si ce n‘est à l’unanimité.

2 adhérents sur 3 se sont abstenus

Concernant la participation. Bien sûr elle est très faible pour un mouvement politique qui dit avoir consulté largement ses adhérents sur son avenir. Comment pourrons nous convaincre les Français d’aller aux urnes quand dans notre propre mouvement plus de deux adhérents sur trois s’abstiennent sur un sujet aussi important que l’avenir et la gouvernance du mouvement et sur lequel le QG dit avoir consulté en profondeur ?

Ce faible taux de participation suffit à justifier notre démarche qui a consisté à dénoncer ce passage en force au cœur de l’été.

Vous avez dit démocratique ?

65 316 votes OUI ont été enregistrés pour adopter ces statuts. Désormais, si les adhérents souhaitent les changer, ils devront être au minimum les deux tiers à le demander soit plus de 250 000 (article 34 des statuts) ! C’est ce qu’on appelle un effet de cliquet !

Vous avez dit participatif ?

72 066 suffrages ont été exprimés lors de ce scrutin. L’article 17 de ces nouveaux statuts indique qu’au titre de la « démocratie participative » et de la « consultation directe des adhérents » il faudra qu’au moins 20 % des 380 000 adhérents, soit 78 000 personnes, s’accordent sur une question pour que celle-ci puisse être soumise au Bureau Exécutif. Bon courage !

Un résultat « sans appel »

Alors, évidemment, le résultat est « sans appel », pour reprendre les mots du siège du mouvement. Nous ne nous attendions pas à autre chose et nous ne le contesteront pas en justice même si de nombreuses irrégularités ont été signalées : votes multiples, votes sous fausse identité, adhérents rayés des listes sans en avoir été informés et pas toujours réenregistrés. De même, nous n’avons pas fait appel de la procédure que nous avions engagée dans l’urgence cet été, car En Marche n’avait pas respecté son propre règlement intérieur au moment de convoquer l’assemblée générale. Notre objectif n’est pas de mettre des bâtons dans les roues du mouvement, mais de lancer des alertes quand nous pensons qu’il ne respecte pas ses propres valeurs.

Un signe positif

De ce résultat « sans appel » les fondateurs et instances dirigeantes d’En Marche ne peuvent pas être fiers. Nous les appelons à en tirer toutes les conclusions, sur la manière dont ils souhaitent associer les adhérents, les comités locaux et leurs animateurs à la gouvernance du mouvement.

Nous prenons comme un signe positif l’engagement de la nouvelle direction collégiale à associer les adhérents à l’élaboration du règlement intérieur. Il eut été plus judicieux de l’inscrire à l’article 35 des statuts mais nous considérons que cette annonce est un pas vers plus d’écoute des adhérents, plus d’utilisation de notre intelligence collective. Nous serons vigilants sur la manière dont ces consultations seront réalisées.

Lanceur d’alerte

Concernant La Démocratie en Marche, collectif informel et spontané qui s’est créé il y a moins d’un mois, au cœur de l’été et de la problématique des statuts d’En Marche et du respect de ses principes fondateurs, nous sommes fiers d’avoir rempli un rôle de lanceur d’alerte. Bien sûr, nous aurions préféré avoir l’écoute de la direction du mouvement en amont plutôt que de devoir aller devant la justice et nous en expliquer dans les médias. Mais, la France étant une grande démocratie héritée des Lumières et la nature ayant horreur du vide, si le débat est verrouillé à l’intérieur, il apparaît nécessairement au grand jour !

Notre collectif poursuivra son action, au sein et au-delà d’En Marche, pour alerter, échanger, expérimenter, innover dans tous les domaines qui peuvent permettre d’améliorer le fonctionnement démocratique d’un mouvement politique à l’heure des outils numériques et notamment, le développement de l’intelligence collective, le respect de la transparence et l’accès à l’information.